Samedi dernier avait lieu le trail du Pastel à Balma, comme chaque 11 novembre. Ayant déjà participé aux deux dernières éditions (14 kms de jour en 2015 et 22 kms nocturne en 2016), je n’étais pas forcément ultra motivé pour y participer à nouveau.

Trail du Pastel : une jolie performance

Seulement mon collègue Mathieu m’a fait part de son désir de s’essayer au trail, je lui ai donc conseillé de s’inscrire à la course de l’Isatis de jour (14kms) car c’était un trail très abordable et assez sympathique, autant au niveau parcours qu’au niveau organisation. Un autre pote à moi, Ludo, était aussi motivé pour le faire. N’ayant pas fait de course depuis le trail Odarsois du mois de mars, je me suis dit que c’était l’occasion de faire une course en mode accompagnateur, pour le plaisir de faire découvrir cette discipline à mon collègue et de courir avec mon pote avec qui je ne cours pas souvent.

Ni une, ni deux, je m’inscris ! Seulement voilà, il se trouve qu’au final, Mathieu et Ludo ne sont pas venus, tout les deux bloqués par une blessure. Heureusement, je peux toujours compter sur le soutien infaillible de mon compagnon de trail, j’ai nommé #monpotenico !

N’ayant désormais plus personne à accompagner, je me suis dit que j’allais essayer d’envoyer un peu sur cette course, en plus je connais déjà le parcours.

Je sais que les 4 premiers kilomètres sont plutôt roulants avant d’entrer dans le bois de Balma devenant un peu plus technique surtout en cette période de l’année où les chemins commencent à devenir gras. Je me suis donc dit que j’allais partir assez vite, pour me placer au devant de la course afin d’aborder le bois dans les meilleures conditions. Par expérience des 2 années précédentes, arriver avec le gros de la troupe provoque inévitablement des bouchons et de la perte de temps.

C’est donc ce que j’ai fait. Bien placé sur la ligne de départ, je mets les gazs d’entrée de jeu pour me mettre devant.

ligne de depart trail pastel

Arrivé dans le bois, je suis content, les chemins sont dégagés, le terrain pas trop gras, je peux évoluer à ma guise. Je me dis quand même que je suis peut être parti un peu vite, mais je tiens le rythme. Je sais que je suis dans un gros wagon de tête et que si je garde l’allure, je vais faire un résultat très satisfaisant (je m’estime dans les 50/60 premiers).

A la sortie du bois, je vois mon pote Ludo venu m’encourager et m’annonce que je suis dans les 30 premiers. Superbe nouvelle car à la sortie du bois, au 10ème kilomètre, je sais que les difficultés sont terminées, plus de montées (ou presque) et plus de passages techniques. Il ne me reste plus qu’à relancer dans la descente pour me ramener jusqu’à la ligne d’arrivée.

Chose que j’ai réussi à faire grâce aux encouragements de Ludo, à l’idée de faire un beau classement (pour moi), et aux nombreuses personnes que j’ai pu doubler dans la descente. Certes, c’était des coureurs du 18 et 22 kms qui en finissaient avec leur course, mais pour la motivation, doubler des gens, ca fait toujours plaisir.

Me voilà entrain de franchir la ligne, satisfait de ma course. J’attends encore Joseph et Nico venus courir également le trail.

ligne arrivée trail pastel

Voilà, finalement, au lieu de faire un trail à la cool, je me retrouve 27ème de la course (355 participants et 16ème de ma catégorie) pour ma plus grande fierté. Ce ne se reproduira probablement plus jamais alors je savoure 🙂

Pour finir, je voudrais souligner la qualité de l’organisation de cette course qui en fait une réussite chaque année. Merci aux nombreux bénévoles qui se rendent disponibles.

Categories: Courses

Thomas Friol

Développeur web quand il ne court pas, Titom est aussi l'heureux papa de 3 enfants et un mari aimant. Amoureux du trail et du dénivelé, vous pourrez facilement le découvrir dans les hauteurs de Toulouse lors de ses fréquentes sorties longues !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *